La disparition d'un roman : La quatrieme invention. Journal d'embrouilles vers Compostelle de Bernard de Marsangy

Contenido principal del artículo

Ignacio Iñarrea Las Heras

Resumen

La quatrième invention. Journal d'embrouilles vers Compostelle (2005) est un roman de Bernard de Marsangy. Il raconte les aventures de Pierre-Antoine Rablaud pendant son pèlerinage à Compostelle. Ce personnage est un cadre qui abandonne tout pour faire ce voyage. Il sera persécuté par d'anciens partenaires et par les autorités françaises, pour avoir détourné des fonds. Dans le présent travail, nous essayons de montrer comment dans La quatrième invention. Journal d'embrouilles vers Compostelle s’opère un processus de disparition du roman. Cela se produit à deux niveaux : narratif et historique. Dans le premier, le récit se dissout avec la mort ou la disparition de ses personnages. Dans le second, le récit s’évanouit dans la tentative infructueuse de renaissance du bogomilisme et du catharisme au XXIe siècle. La dissolution du roman est pour Marsangy une manière de montrer sa conception de la vie comme une illusion, comme un vide.

Descargas

La descarga de datos todavía no está disponible.

Detalles del artículo

Cómo citar
Iñarrea Las Heras, I. (2022). La disparition d’un roman : La quatrieme invention. Journal d’embrouilles vers Compostelle de Bernard de Marsangy. Anuario De Estudios Filológicos, 45, 97-116. https://doi.org/10.17398/2660-7301.45.97
Sección
Artículos

Citas

BERNIER, C. (2002): Mes 2000 kilomètres sur les sentiers de Saint-Jacques-de-Compostelle. Québec: Arion.
CAROUX, J. (2005): «Le récit de pèlerinage. De la survivance à la thérapie du moi». Dans Rajotte, P. (ed.): Le voyage et ses récits au XXe siècle. Québec: Nota Bene, 19-50.
DIONNE, H. (2005): Au bout de l’humain. Essai autobiographique sur le chemin de Compostelle. Montréal: Médiaspaul.
DOSSAT, Y. (1970): «De singuliers pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques en 1272». Annales du Midi, 82, 98, 209-220.
FERRONI, G. (2010): «Mourir au début, mourir à la fin». Dans Del Lungo, A. (ed.): Le Début et la fin du récit. Une relation critique. Paris: Classiques Garnier, 207-223.
FRANÇOIS, M. (2010): «Variations policières sur le début et la fin». Dans Del Lungo, A. (ed.): Le début et la fin du récit. Une relation critique. Paris: Classiques Garnier, 25-39.
GARCÍA LANDA, J. Á. (1998): Acción, relato, discurso. Estructura de la ficción narrativa. Salamanca: EUSAL.
HAMON, Ph. (1975): «Clausules». Poétique, 6, 495-526.
KOKIS, S. (2015): Le sortilège des chemins. Montréal: Lévesque.
LARROUX, G. (1995): Le mot de la fin : la clôture romanesque en question. Paris: Nathan.
MARSANGY, B. de (2005): La quatrième invention. Journal d’embrouilles vers Compostelle. Paris: Lepère Éditions.
MODIANO, P. (1986): Dimanches d’août. Paris: Gallimard.
MORTIMER, A. K. (1985): La clôture narrative. Paris: José Corti.
PALACIOS MARTÍN, B. (1982): «La circulación de los cátaros por el Camino de Santiago y sus implicaciones socioculturales. Una fuente para su conocimiento». En la España medieval, 3, 219-229.
PEREC, G. (1978): La Vie mode d’emploi. Paris: Hachette.
RAJOTTE, P. (2018): «‘Héroïté’ et mise en récit de l’expérience pèlerine à Compostelle». Téoros, 37.1, 1-16 (https://journals.openedition.org/teoros/3226).
RICŒUR, P. (1984): Temps et récit II. La configuration du temps dans le récit de fiction. Paris: Seuil.
RUFIN, J.-Ch. (2013): Immortelle randonnée. Compostelle malgré moi. Chamonix: Guérin.